martes, 1 de junio de 2010

Israel: ¿hasta cuándo la impunidad?

Gracias a Inés Westphalen por el envío.
Tomado de Le Diplo


Israël, l'impunité jusqu'à quand ?
par Alain Gresh
L'assaut donné le 31 mai à l'aube par l'armée israélienne contre la flottille de bateaux transportant une aide humanitaire à Gaza aurait fait une vingtaine de morts. Cette attaque s'est déroulée dans les eaux internationales. Elle a suscité de nombreuses condamnations, y compris de pays européens et du gouvernement français. Bernard Kouchner a déclaré que « rien ne saurait justifier l'emploi d'une telle violence, que nous condamnons ». Plusieurs pays, dont la Suède, l'Espagne, la Turquie et la France ont convoqué l'ambassadeur israélien. La Grèce a suspendu des manoeuvres aériennes avec Israël et annulé une visite du chef de l'armée de l'air israélienne.
Bien sûr, ces condamnations sont les bienvenues. Même s'il reste quelques personnes qui osent trouver des justifications à l'action israélienne. Ainsi, le porte-parole de l'UMP, l'ineffable Frédéric Lefebvre, a fait savoir, selon l'AFP, que son parti « regrette » les morts, mais dénonce les « provocations » de « ceux qui se disent les amis des Palestiniens ».
La veille de cette action militaire, faisant preuve d'une préscience qui fait partie de ses innombrables qualités, Bernard-Henri Lévy, déclarait à Tel-Aviv : « Je n'ai jamais vu une armée aussi démocratique, qui se pose tellement de questions morales. » (Haaretz.com, 31 mai). Il est vrai que, lors de la guerre de Gaza, notre philosophe s'était pavané sur un char israélien pour entrer dans le territoire. Réagissant à l'attaque aujourd'hui, Lévy l'a qualifiée, selon l'AFP, de « stupide » car risquant de ternir l'image d'Israël. Pas un mot de condamnation, pas un mot de regret pour les tués...
La seule question qui se pose maintenant est de savoir quel prix le gouvernement israélien devra payer pour ce crime. Car, depuis des années, les Nations unies ont adopté des dizaines de résolutions (« Résolutions de l'ONU non respectées par Israël », Le Monde diplomatique, février 2009), l'Union européenne a voté d'innombrables textes, qui demandent à Israël de se conformer au droit international ou, tout simplement au droit humanitaire, en levant, par exemple, le blocus de Gaza. Ces textes ne sont jamais suivi du moindre effet. Au contraire, l'Union européenne et les Etats-Unis récompensent Israël.
C'est ce qu'a prouvé l'admission d'Israël dans l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE), la semaine dernière, et la visite en France du premier ministre israélien Nétanyahou pour assister à l'intronisation de son pays. Comme le précisait un communiqué de l'Association France-Palestine Solidarité (AFPS) du 30 avril, « Israël à l'OCDE ? Un mauvais coup contre la paix ! », cette adhésion valait acceptation de l'inclusion de la Cisjordanie et du Golan dans le « périmètre » israélien. Le fait qu'Israël se permette quelques jours plus tard d'attaquer la flottille de la paix confirme que cet Etat voit dans ces bonnes manières un feu vert pour toutes ses actions (...)

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada